AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

Partagez | 
 

 Nathaël Shepherd - Welcome to my world

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



Messages : 46
Date d'inscription : 03/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Nathaël Shepherd - Welcome to my world   Lun 19 Déc - 13:32


Nathaël : Le directeur.

Le joueur


Âge • 17 ans.
Pseudo • Ça dépend des personnes, Linou, Lili, Bouille, H... à vous de voir lequel vous préférez.
Présence • Régulière
Niveau RPgique • Intermédiaire, je pense.

Double compte • Aucun pour l'instant.
Code du règlementOk by Destinée

Identité

Nom • Shepherd
Prénom(s) • Nathaël
Âge • 27 ans.

Lieu de naissance • Whitby
Lieu de résidence • Au dessus de l'écurie.

Métier / études • Directeur + Eleveur Equin + Reproducteur
Niveau équestre • G7

                       
                       

Caractère
En soi, je ne suis pas méchant mais je ne suis pas du genre gentil. Ce que j'entend par gentil, c'est quelqu'un de naïf qui se laisse marcher sur les pieds et qui dit tout le temps "Oui" à tous. Non, je ne suis pas comme ça. Je suis quelqu'un qui cerne les gens, qui les juge et ensuite qui dit si la personne va être du genre à chercher les embrouilles avec moi en défiant mon autorité, en me manquant de respect ou autre ou si ça va bien se passer. Je me connais, quand même, et je ne supporte pas qu'on me manque de respect peut importe qui tu es, tu devrais t'estimer heureux que j'ai accepté ton dossier ici et sache que tu peux être viré aussi. Enfin, en soi je suis pas bien méchant, je cherche d'abord à parler pour régler le conflit avant de cogner mais faut savoir que je n'hésiterais pas à utiliser mes poings et mes nombreuses années dans le sport de combat pour me défendre ou calmer une personne. Mais après briser ma pseudo carapace de directeur, vous pourrez découvrir un ami qui peut être une épaule sur laquelle s'appuyer, une oreille pour écouter et quelqu'un d'assez fort pour vous porter émotionnellement et vous aider à vous relever. J'aime aussi les hauteurs, les carottes, la cuisine et piano. J'aime percher comme un chat et j'aime faire le clown, j'aime rigoler et j'aime plaisanter. Je peux être un peu macho sur les bords mais uniquement pour rire jamais en étant sérieux et je suis un petit ami aimant et fidèle à la personne dont je suis amoureux. Je peux être un peu maladroit et un peu ronchon si je n'ai pas assez dormit ou qu'un truc me contrarie. Je suis quelqu'un de réglo, j'accorde à des détenus de finir de purger leur peine ici alors maintenant faut pas se foutre de ma gueule, je peux être ton pote comme je peux être ton cauchemar.
J'adore les animaux, je ne supporte pas qu'on puisse leur faire du mal et je trouve que les animaux sont parfois bien mieux que les humains pour aider les gens et pour tisser des liens. Et j'ai envie d'aider les animaux traumatisés c'est pour ça qu'ici à Whitby j'ai ouvert un des premiers refuges équin de la région en plus d'être en partenariat avec le refuge animalier de la ville. Voilà c'est tout sur mon caractère.


Histoire
Il est grand temps de mettre les choses au clair, pour tous ceux qui diront que je suis un fils à papa qui à tous ce dont il rêve grâce aux sous de ses parents. Il est vrai que je suis né avec une cuillère d'argent dans la bouche, mais que voulez vous que je vous dise ? Que je suis désolé ? Sachez que je n'ai pas choisi ma famille et que j'aurais donné tout l'argent du monde à celui qui m'aurait offert un meilleur cadre de vie que cette bourgeoisie infeste dans lequel je suis tombé.
Je suis arrivé au monde le 14 février 1989, le jour de la saint valentin, comme c'est romantique me direz-vous, c'est le plus beau cadeau de Saint Valentin que quiconque pourrait espérer, m'a-t-on dit. Enfin, un long moment de ma vie à été effacé de mon lobe frontale, comme tout le monde je ne me souviens pas de mes premiers pas, de mes premiers mots, ni même d'avoir pleuré toutes les nuits pendant plus d'un an. Cette partie là je ne la connais que par ma gouvernante Sophie, celle qui a toujours été là pour moi et qui m'a éduqué quand mes parents m'ont délaissé dans ses bras. Sophie m'a toujours dit que j'étais un incroyable petit garçon et très intelligent, je comprenais vite et j'étais assez observateur. J'avais, il parait, déjà dissocié mon attachement pour elle et mon attachement pour mes parents, bien moins fort puisqu'ils ne s'occupaient pas de moi.
Je suis entré en maternelle et je me suis révélé excellent et j'apprenais vite. Je comptais déjà jusqu'à vingt quand les autres en étaient à dix.  Je connaissais déjà tous les bruits d'animaux et leur nom. Ainsi que je savais qu'un triangle n'était pas un carré, un carré n'était pas un rectangle. J'ai bien vite été isolé, vous savez les gosses quand on est un peu plus intelligent, ils vous mettent de côtés et commencent à se montrer méchant envers vous.
Mes parents ont commencé à s'intéressé à moi qu'à mon entrée en primaire, quand on remplaça les gommettes de couleur par des lettres. A étant le meilleur et F la pire. Autant vous dire que si j'avais un B, je me faisais salement disputé. Je devais être le meilleur, aux yeux de tout le monde et ça, on me la vite fait comprendre. L'école passa et j'étais bon. Je n'avais pas d'amis, quand je rentrais chez moi j'avais cours de piano, d'équitation, de natation et d'art martiaux en tout genre. Je ne me plaignais pas, mais j'étais le stéréotype du gosse de riche.
A mon entrée au collège, j'ai continué comme ça. Sans ami, très studieux avec diverses activités pour ne pas m'ennuyer. Pendant cette période, mes parents ne se sont montré que pour me dire de bosser plus dure, d'aller faire des concertos et de faire des compétitions de tous mais ils n'ont jamais assisté a tous ça, j'étais seul, ou presque car Sophie essayait toujours de se libérer pour venir me voir. Elle était la maman dont je rêvais. Au collège, personne ne m'emmerdait bien que je sois rejeté. J'étais le petit génie, le petit intello, le gars qui était le premier de la classe et ça m'a valu beaucoup de haine de mes camarades bien heureusement, personne ne m'a jamais touché, bousculé ou frappé, je faisais du vietvodao, de la boxe et du karaté, mes parents avaient insisté pour que je sache me défendre.
J'eu mon brevet avec mention très bien.
Arrivé au lycée, tout changea. Mon monde bascula car Sophie tomba malade. Un cancer, phase terminale, il ne lui restait que quelques mois à vivre. Mes parents ne me comprirent pas quand je m'effondrai sur son lit d'hôpital et mon père m'attrapa pour me dire de réagir comme un Homme et de ravaler mes larmes. Je le fis, devant eux puisqu'ils ne revinrent pas la voir, et devant Sophie je me laissais aller, après tout, elle m'avait déjà vu dans pire état. Elle mourut dans le troisième mois de mon année de première (le lycée ne dure que deux ans en Angleterre) et là je changeai radicalement. Mes notes chutèrent, j'abandonnai la piscine, les arts martiaux et même l'équitation, et je commençai à profiter de la vie. A me faire des potes et à découvrir les joies de la jeunesse. Boire, fumer, me défoncer et bien évidemment coucher avec les filles, les garçons, tous ce qui se présentait à moi.
J'ai été sermonné par mes parents mais je m'en foutais, ils n'étaient pas Sophie et ils n'étaient rien d'autre que mes géniteurs, il n'y avait aucun lien a part les liens du sang et pour moi ça ne représente rien. Alors j'ai fait des bêtises, beaucoup de bêtises mais ça forge le caractère, non ?

J'ai eu mon bac, de justesse. J'ai délaissé les études et j'ai fait des méga teufs, je me suis amusé et vécu une jeunesse trépidante, jusqu'au jour j'ai été coincé pour trafic de drogue. Je suis allé en prison, pour pas longtemps vous savez, mais j'y suis allé. Mes parents ont engagé les meilleurs avocats et ils ont porté plaintes contre le policier qui m'avait  arrêtés parce que pour eux ce n'était pas possible que j'ai pu dealer de la drogue. Non, pas leur fils faisant parti de la haute société. Ils ont gagné, ils ont foutu ce policier sur la paille et je suis sorti en innocent et en victime... Je leur en veux de pas me croire capable de vendre de la drogue et d'avoir foutu ce policier dans la merde alors qu'il n'a fait que son boulot... mais bon qu'aurais-je pu faire contre eux ? Je n'avais que dix neuf ans et j'habitais à leur frais. Ils m'ont poser des conditions et m'ont dit que je devais sois faire une école de droit comme ma mère soit travaillé dans la société de mon père, j'ai préféré aller étudié le droit loin d'eux. J'ai repris le cheval et après plusieurs années en tant qu'avocat dans la boite de ma mère, j'ai finis par tout envoyer chier. Après tout maintenant j'ai des sous en plus des économies que mes parents ont fait pour moi, je peux me permettre de me barrer loin de ses connards et de gérer ma propre entreprise et vous savez quoi, depuis tout petit je veux travailler avec les chevaux alors c'est décidé, j'investis dans un domaine et je n'oublie pas les prisonniers, eux aussi je veux les aider car honnêtement les prisons d'Angleterre sont justes affreuses, surpeuplés et pleines à craqué, il est temps d'aider quelques uns à réintégrer la société. Ah! Et mes parents sont totalement contre ce projet, bien sur.




Test
C'est aujourd'hui que mon projet se réalise enfin. Suite à de nombreux mois de rénovations, je vois enfin mon "bébé" ouvrir ses portes et je n'en suis pas peu fier. Mes premiers détenus arriveront dans le courant de la semaine, les uns après les autres je suppose. Pour l'instant, j'attend dans mon blouson de cuir noir, grelottant légèrement, le nez caché par mon écharpe grise et mes longs cheveux châtains retombant sur mes épaules. En attendant, et pour lutter contre l'envie de retourner me coucher au chaud, je me remémore le dossier l'arrivante. Malya Paythes, une vingtaine d'année, ayant purgé un an de sa peine pour braquage d'un petit commerçant avec une arme à feu. L'avocat de cette demoiselle m'a clairement prévenu qu'elle n'est pas du genre commode et ne vient ici que parce que c'est mieux que la prison : pas de garde, pas de barreaux, une certaine forme de liberté de mouvement et d'action bref, tout ce qui lui manquait. Il m'a tout simplement fait comprendre que la miss ne croyait pas du tout à mon projet de réinsertion à l'aide de chevaux et qu'elle détestait tout simplement les équidés. Il faut que je la convainc et je sais déjà quoi lui dire.
La petite voiture noire s'engage dans l'allée et remonte les gravillons gris dans ma direction. Le conducteur se gare pas trop loin de moi et une blonde s'échappe rapidement du véhicule comme si elle avait peur de repartir d'où ils viennent. Elle me voit, me regarde et s'approche un peu... hésitante ou méfiante plutôt. L'avocat, avec qui j'avais discuté quelques jours avant, sort à son tour de son taxi et dit en me voyant.
- Monsieur Shepherd, ravi de vous revoir. Eh bien, je vous présente Malya Paythes. Malya, monsieur Shepherd est le directeur de l'académie.
- Ravi de te rencontrer Malya, appelles-moi Nathaël.
Je lui tend ma main droite pour la saluer convenablement. Elle baisse les yeux sur ma mimine sans pour autant me la serrer. Elle reste en retrait et noue ses doigts dans son dos avant de lever la tête pour regarder le ciel gris annonceur de neige.
- Bon, eh bien ne restons pas ici. Allons visiter.
Malya ne rechigne pas, mais elle garde tout de même ses distances avec moi. L'avocat préfère amené les affaires de la blonde à sa chambre. Moi je la guide dans les locos, lui montre chaque infrastructure de l'académie avant de finir par les écuries du club. Je la fais entrer et elle observe, toujours muette, les chevaux. Je la vois faire une moue un peu dégoûté.
Je m'arrête et me penche sur le box de Kick Ass. Le petit bonhomme se tourne instinctivement vers moi et s'approche de la porte en reniflant l'air de dire "T'as pas un p'tit bonbon pour moi. "
- Ça c'est Kick Ass, mais t'inquièe pas, il ne botte pas de cul.
Elle jette un coup d'oeil avant de reculer un peu. Je soupire.
- Qu'est que tu fiches ici ?
- Bonne conduite.
Les premiers mots qui sortent de sa bouche, je venais à commencer à croire qu'elle était muette !
- Eh bien c'est qu'elle parle, la blondinette!
Elle me fusille du regard. J'arque les sourcils mais pour qui elle se prend celle-là ? Elle est dans mon établissement et je pourrais la renvoyer en prison en un claquement de doigts.
- Écoutes-moi bien Malya. Tu n'es pas là pour te la couler douce comme si tu étais en colonie de vacance. Tu es là pour bosser, pour réapprendre ou même juste apprendre. Je suis là pour te faire découvrir un tout nouveau monde au près des chevaux. Si t'aimes pas les chevaux, si tu fais pas d'effort pour t'intégrer et accepter ton nouveau mode de vie ou tes nouvelles règles, très bien. Tu dégages, tu retournes dans ton trou miteux nommé la prison et tu purges encore le nombre d'année qu'il te reste. Je t'offre une chance, tu veux pas la saisir tant pis pour toi, d'autres voudront bien prendre ta place. Pendant que toi tu seras derrière les barreaux à devenir folle par manque d'activité, une autre personne se donnera à coeur joie et s'éclatera ici, en ayant le droit de se promener où il veut et d'aller en ville. Alors ma belle, si tu veux rester il va falloir te montrer plus enthousiaste envers les chevaux et mon projet de réinsertion. Je te jure que si tu décides de faire des efforts et si je ne décide pas de donner sa chance à quelqu'un d'autre, tu finiras par avoir un boulot stable et bien payé dans mon académie et tu auras même une remise en liberté et tu pourras voyager, si ça te plait.  
Je souris, l'aire de dire "Je suis le patron ici et je peux te virer à chaque instant". Elle me fixe longuement, hésitant surement entre me refaire le portrait et opiner simplement. Finalement, elle opte pour le deuxième choix en hochant la tête. Je sors une carotte et lui tend.
- Maintenant montres-moi ta bonne foi en donnant cette carotte au cheval ou au poney de ton choix.
Malya hésite encore, mais finit par prendre le légume orange et se balade dans l'allée en jetant des coups d'oeil par dessus les portes sans trop s’intéresser aux animaux. Dalkadam tend son museau vers elle quand elle passe pour attirer son attention, elle passe devant comme un fantôme. Après quelques allées-retours, elle a finalement trouvé à qui elle donnerait la carotte. C'est sans surprise que je la vois s'approcher du box de Virtuose, froide et désintéressée. Elle l'appelle.
- Hey toi.
La paint horse remue a peine les oreilles et jette un petit coup d'oeil à l'humaine qui lui parle mais replonge bien vite son nez dans la paille.
- Hey! Regardes ce que j'ai pour toi.
Le pie s'en fout mais royalement du légume qu'elle fait gigoter entre ses doigts. Alors agacé par l'attitude de la jument, elle ne tarde pas à ouvrir la porte en grand. Virtuose relève la tête, s'attendant à un licol et à des brosses, elle est déjà sur la défensive. Malya s'avance d'un pas en lui tendant tout simplement la carotte.
- C'est pour toi!
La jeune femme s'impatiente et commence à s'énervé, ça s'entend dans son timbre de voix. La jument l'a remarquer aussi puisqu'elle plaque les oreilles en arrière et redresse la tête comme pour dire "J'ai rien fait, m'engueule pas!".
- Bon bah puisque t'en veux pas, je la pose par terre!
Elle s'exécute et sort du box un peu énervé. Bon c'est déjà un début, je suis sur qu'elle finira par s'entendre avec Virtuose, après tout se sont deux fortes têtes.
- C'est déjà un début.
Je marmonne en décidant de la ramener à sa chambre pour qu'elle s'installe.
___

La suite de ma journée n'a pas été bien plus amusante, je l'ai passé soit confiné dans mon bureau à passer les candidatures des détenus et envoyer des mails à leur avocat pour savoir s'ils avaient la chance de sortir de taules soit à vadrouiller dans mon établissement sans avoir la possibilité de m'occuper d'un des chevaux présents, à mon grand damne. J'avais bien trop de chose à faire, entre ranger les affaires au bonne endroit, regarder ce que j'aurais besoin de commander dans mes prochains achats, vérifier les carnets de santé et que tout soit à jour avec mes chevaux... en bref, je n'ai pas arrêté de la journée. C'est alors que je m’octroie une petite pause bien mérité dans mon club-house où je me prépare un café. J'ai encore beaucoup à faire et un petit remontant ne me fera pas de mal. Je m'installe dans un canapé et commence à profiter de moment rien qu'à moi pour rêvasser. J'imagine déjà cet endroit grouillant de monde et de chiens, des personnes qui s'entendront bien et d'autres pas, des moments conviviales et agréables. Mon rêve. Btz,Btz. Btz, Btz.. Je suis sortit de mes pensées par mon téléphone qui vibre. Je me redresse un peu en ronchonnant et décroche.
- Oui, allo?
- Monsieur Shepherd, ici Monsieur Smith, l'éleveur de PRE, à l'appareil. J'ai entendu dire que vous vouliez faire éleveur vous aussi, que diriez-vous de vous occupez d'un de mes poulains ? Avant de répondre, sachez que vous m'arrangeriez vraiment étant donner que le petit gars que je vous confie est orphelin et que j'ai des problèmes familiaux et que ce soir je dois me rendre chez ma famille. Il faudrait vous en occuper de dix-neuf heures à demain sept heures...
Je consulte ma montre, il est dix-huit heures. Il partait dans pas longtemps.
- D'accord, j'arrive.

Je raccroche et je repars pour travailler.

Arrivé au domaine d'élevage de Monsieur Smith, je suis directement accueilli par ce dernier qui m'explique que je vais devoir resté toute la nuit ici afin de nourrir le petit et par conséquence, une chambre m'avait été préparé. Il m'informe qu'il a déjà nourrit le poulain à 18h et qu'il faudra à 22h, à 2h puis à 6h. J'opine en le suivant. Il me montre une pièce qui semble être un bureau, avec un évier et un frigo... plutôt un genre de club-house ? Il me dit comment faire un biberon, quelle dose mettre de poudre de lait et d'eau et me dit de faire attention à ce que ce ne soit pas trop chaud pour la langue du poulain... Oui comme on le ferait pour un bébé. Il me montre ma chambre, au dessus des écuries, ce qui ne me change pas avant de m'amener au monstre. Le poulain se trouve dans un pré, monsieur Smith m'informe qu'il ne supporte pas être enfermé et qu'il panique, c'est compréhensible pour lui. Il appelle le petit qui doit se trouver dans son abri.  
- Cielo.
Il passe sa petite tête hors de la cabane et voit que c'est nous. Il arrive tranquillement au trot et vient jusqu'à nous. Il lève le nez vers M. Smith l'air de dire "C'est l'heure de manger ?". Il lui caresse le chanfrein. C'est un joli noir pangaré, tout jeune. Je lui touche les fesses du bout des doigts et il me lance un regard assez perplexe. "T'es qui toi ?" semble-t-il dire. Mais finalement, il me laisse le caresser.
- Bon, j'y vais. S'il a quoi que se soit, appelez-moi.Et n'oubliez pas : 22h, 2h, 6h.
Il s'en va. Et moi je retourne au chaud de ma chambre, laissant le petit monstre dans son pré.

Btz, btz. Btz, btz..
22h. Mon réveil sonne, je grogne et finis par décoller mes fesses de mon lit. Je me suis endormi, car il faut dire que ça a été fatiguant comme journée. Je lis mes messages rapidement : Nora a bien nourrit tous les chevaux et Romain a fermé la grille pour la nuit. Tant mieux. Je descend les escaliers, prépare le biberon de lait à moitié dans le chou et me rend au pré. Le premier pas hors des écuries est horrible. Le froid me fouette le visage et je grimace. Je résiste à l'envie d'aller me recoucher en pensant au fait que la vie du poulain en dépend, ce qui est un peu faux mais faut pas le dire à mon esprit endormi. Je brave le froid et arrive devant le paddock. Je passe entre les barrières et appelle le poulain.
- Cielo.
Je sens quelque chose me tirer la manche, je baisse les yeux... En fait le poulain est déjà là a attendre son lait. Je pense le biberon et il se met à téter goulûment. Il finit en quelques minutes alors que je suis en train de geler sur place. Je lui caresse la tête doucement.
- A dans 4h petite terreur.
Je repars, la tête rentrée dans mes épaules, en claquant des dents. Je retourne me coucher pour quatre heures. Et quatre plus tard je me trouve de nouveau dans le pré avec le petit bout de cheval accroché à sa tétine. Et ça encore quatre après. Je suis ronchon, fatigué et frigorifié mais je le fais.
Et quand je me réveille de nouveau, il est 8h passé et j'ai les yeux qui pique, j'ai reçu plusieurs messages et mails mais je ne jette même pas un oeil. Je descend, Monsieur Smith est là et semble reposé. Surement avait-il besoin de repos avec le petit orphelin, car faire ça toutes les nuits doit être exténuant.
- Monsieur Smith ? Bonjour. J'ai bien nourrit Cielo toutes les quatre heures. Il faut que je file maintenant, si vous avez besoin n'hésiter pas à me recontacter.
- Merci, c'est gentil de votre part. Au revoir.
Je me dépêche de filer car j'ai quand même une académie à faire tourner.

par cobain pour enhancing-it.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Admin


Messages : 86
Date d'inscription : 20/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://enhancing-it.forumactif.com
MessageSujet: Re: Nathaël Shepherd - Welcome to my world   Dim 25 Déc - 17:23


Bienvenu Nathaël.


Nathaël. Même les plus grands ont parfois besoin qu’on les teste. Puisque tu as choisi deux métiers, tu devras passer avec succès un test par métier. Commençons par celui de directeur de l’académie.
Une détenue, Malya Paythes, est supposée faire son entrée dans l’académie d’ici une semaine. Problème, les chevaux elle déteste ça, la réinsertion elle n’y croit pas, et elle a déjà fait un an de prison pour vol à main armée. Seras-tu en mesure de la convaincre à saisir l’opportunité qui s’offre à elle ?

Pour ta seconde tâche, il va te falloir t’occuper d’un poulain rejeté par sa mère à la naissance. Le petit Cielo est âgé d’une semaine, et son propriétaire doit s’absenter pendant douze heures. Tu vas donc en avoir la charge. Fais en sorte que tout se passe bien, veilles sur lui, n’oublies pas de le nourrir, et tout ira bien. Tu es de garde 19H à 07H du matin.

Bonne chance à toi !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Admin


Messages : 86
Date d'inscription : 20/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://enhancing-it.forumactif.com
MessageSujet: Re: Nathaël Shepherd - Welcome to my world   Mer 28 Déc - 21:12


Te voilà validé !

« Bienvenu à toi dans l’aventure Enhancing It. Saches que tu es à présent validé. J’espère que tu t’amuseras bien parmi nous. En attendant, par ici pour la visite guidée !

Ici tu pourras créer ton compte en banque, n’oublies pas de le tenir à jour.
♦ La liste de tes objectifs se trouve ici. Remplis les et tu obtiendras nombre de récompenses.
Ici tu peux permettre à ceux qui voudront te contacter de te joindre par téléphone, ou SMS.
Ici, et si tu le souhaites, tu pourras t’inscrire à ta prochaine reprise.
♦ Enfin ici tu pourras créer ta fiche de liens, parce que comme on dit, l’Homme n’est rien s’il est seul.
A très bientôt, et surtout à la moindre question n’hésites pas à nous contacter par MP, nous répondrons avec grand plaisir. »

Pas de doute sur le fait que Nathaël va en avoir du boulot, et pourtant, il a très bien su gérer ces deux missions. Cielo lui est pour le moment réservé, c'est à Nathaël de décider s'il souhaite continuer avec ce petit plus tard ou non.

par cobain pour enhancing-it.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nathaël Shepherd - Welcome to my world   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nathaël Shepherd - Welcome to my world
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Enhancing It :: 
Paperasse.
 :: Les Dossiers d'Inscriptions. :: Les Dossiers Validés.
-
Sauter vers: